Washoku: classé au patrimoine culturel mondial en 2013

Pourquoi la cuisine japonaise est-elle si unique

Rares sont les cuisines nationales inscrites au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO à ce jour,  mais le washoku, la culture alimentaire japonaise traditionnelle, a pourtant fait son entrée sur la célèbre liste de l’UNESCO en 2013. Un honneur qui fait la fierté de toute la nation japonaise!

Le washoku est une méthode qui promeut la consommation d'ingrédients naturels de provenance locale comme le riz, le poisson, les légumes et les plantes sauvages comestibles. Elle recouvre également des traditions se rapportant à la préparation soigneuse et à la présentation des mets. Mais le washoku est bien plus que cela: dans sa traduction littérale, ce mot signifie «harmonie des mets» et l’harmonie est un des éléments clés de la cuisine japonaise traditionnelle.

Pourquoi le washoku mérite de faire partie du patrimoine culturel mondial

La cuisine japonaise ne compte que peu de viande, mais en revanche du riz, du poisson et des légumes de saison en quantité. Elle utilise en outre traditionnellement la sauce soja pour assaisonner de nombreux plats ; par sa qualité, celle-ci contribue à mettre en valeur l’arôme naturel des ingrédients sans pour autant le couvrir. Cette propriété s’applique aussi à la sauce soja naturellement fermentée Kikkoman.

Les Japonais qui pratiquent le washoku prêtent une attention scrupuleuse à la présentation des mets. Magnifiquement décorés et servis dans de la vaisselle choisie, ceux-ci sont un véritable plaisir pour les yeux. Parce qu’on mange aussi avec les yeux, comme le dit la devise. Un autre aspect important du washoku est la combinaison d’ingrédients variés visant à créer une harmonie entre les couleurs et le goût.
Le washoku est plus qu’une cuisine nationale typique, c’est une philosophie et un rituel qui traduit la valeur accordée à la préparation et à la consommation des aliments.